L’UPO

 L’UPO est un collectif fédératif regroupant des représentants de chaque composante professionnelle (exercice, formation) et des étudiants (FEDEO).

L’Unité Pour l’Ostéopathie (UPO) est dorénavant une fédération officielle !

5 ans et 35 réunions après sa création initiée dans la perspective de la réforme de la réglementation finalisée en 2014, l’UPO, jusque-là organisation informelle, vient d’obtenir son enregistrement auprès de la préfecture de police de Paris. L’UPO est ainsi dorénavant en mesure d’agir officiellement en son nom propre.

Ses missions sont le développement et la promotion de l’ostéopathie, la défense de ses intérêts matériels et moraux, sa représentation auprès des pouvoirs publics, l’organisation de toute réflexion, notamment scientifique, épistémologique, pédagogique, la promotion de la déontologie et des bonnes pratiques au sein de la profession.

L’UPO est composée de la Chambre Nationale des Ostéopathes, du Syndicat National des Ostéopathes du Sport, de la Fédération des Etudiants en Ostéopathie, de la Fédération Nationale des Etablissements d’Enseignement Supérieur en Ostéopathie, du Syndicat Français Des Ostéopathes.

Elle est organisée en trois collèges dirigeants constitués d’associations membres : le collège professionnel, le collège formation et le collège étudiant et est est animée par :

  •  Philippe Sterlingot (SFDO), président ;
  •  Bertrand Rochard, secrétaire général ;
  •  Mariette Veillard (FEDEO), trésorière ;
  •  Fernand-Paul Berthenet (CNO), vice-président ;
  •  Jean-Pierre Guillaume (FNESO), vice-président ;
  •  Patrick Basset (SNOS), vice-président.

Deux projets, relatifs au contrôle de la formation à l’ostéopathie et à l’élaboration d’une déontologie unifiée, sont en cours de réalisation par l’UPO.

L’Unité Pour l’Ostéopathie (UPO) propose un contrôle de la formation !

Constatant que le ministère de la santé tarde à mettre en œuvre les contrôles par l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) des établissements de formation à l’ostéopathie, l’UPO a décidé d’agir.

En effet, deux ans après la campagne initiale d’agrément issue de la réforme de la réglementation de 2014, il paraît opportun d’offrir aux établissements de formation la possibilité de faire mesurer par des tiers leur respect des 63 critères d’agrément établis par le décret n°1043-2014 du 12 septembre 2014.

L’UPO travaille dans cet objectif avec Bureau Veritas depuis un an afin de rédiger le référentiel de certification qui constituera l’outil de travail des auditeurs chargés de réaliser les contrôles sur site. Ces auditeurs font partie de Bureau Veritas Certification et les premiers audits sont d’ores déjà réalisés.

Cette campagne de certification est basée sur la base du volontariat et poursuit plusieurs objectifs :

  •  Révéler en filigrane les établissements qui, peu confiants, ne peuvent prendre le risque d’un audit portant sur leur respect de la réglementation en vigueur ;
  • Offrir aux étudiants un outil puissant de discrimination au moment de leur choix d’un établissement de formation ;
  •  Bénéficier d’un angle médiatique afin de valoriser la formation à l’ostéopathie et les établissements vertueux ;
  •  Disposer d’un moyen de communication politique afin d’obtenir des pouvoirs publics qu’un contrôle sur site soit organisé par l’IGAS afin de garantir le respect de la réglementation citée supra.

Le contrôle sera réalisé sur la base des 63 critères d’agrément, dont certains ont été détaillés afin d’en limiter l’interprétation. C’est notamment le cas de la politique salariale de l’établissement, qui doit, conformément à la convention collective nationale de l’enseignement privé hors contrat, faire très prioritairement appel à des enseignants titulaires de contrats de travail en bonne et due forme. Par ailleurs, le nombre de consultations assurées annuellement par la clinique de l’établissement dans le cadre de la formation pratique clinique est précisé par tranches de 50 étudiants.

La satisfaction des 63 critères permet aux établissements d’obtenir une certification « Standard », tandis que les établissements certifiés au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) au niveau 1 et en mesure de justifier d’une démarche de recherche pourront obtenir une certification « Excellence ».

La liste des établissements certifiés sera publiée.

L’Unité Pour l’Ostéopathie (UPO) lance une déontologie nationale !

L’UPO considère que la déontologie de l’ostéopathie fait partie des enjeux prioritaires pour notre profession. Face à la multiplicité des codes en présence, l’UPO a donné mandat à l’AFNOR d’initier l’élaboration d’une norme française complémentaire à la norme européenne relative à la prestation de soins en ostéopathie (NF EN 16686).

Comme il est d’usage dans les démarches de normalisation, l’ensemble des parties prenantes à l’ostéopathie pourra participer aux travaux de la commission d’élaboration de la norme française relative à la déontologie des ostéopathes. Syndicats et organisations professionnelles d’ostéopathes, fédérations d’enseignement, pouvoirs publics, organismes d’assurance maladie complémentaire, associations de patients, pourront ainsi contribuer à la construction d’un consensus autour d’une déontologie, qui deviendra, de ce fait, transversale à la profession.

En effet, dès lors que le code de déontologie issu de ces travaux sera intégré dans la bibliothèque nationale des normes de l’AFNOR, il deviendra un document officiel, qui, à défaut d’être opposable, n’en constituera pas moins pour autant la référence déontologique de l’ensemble des acteurs susceptibles d’intervenir dans le champ de notre profession.

L’UPO souhaite ardemment que la démarche de normalisation de la déontologie de l’ostéopathie constitue une occasion forte d’échange et de partage entre l’ensemble des acteurs concernés.